Réaction de l’APTDQ à la suite de la prise de position de la CBPQ

À la fin mars, le conseil d’administration a été informé que la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec (CBPQ) avait pris position concernant l’affichage de postes de technicienne ou technicien en documentation.

Responsable de bibliothèque (technicien(ne) en documentation) Ville de Lac-Beauport
http://lac-beauport.quebec/wp-content/uploads/2019/03/OE-responsable-bibliotheque.pdf
https://cbpq.qc.ca/communique/affichage-du-poste-de-responsable-de-bibliotheque-technicienne-en-documentation

 

Technicien ou Technicienne en documentation Ville de Nicolet
https://rimq.qc.ca/offre/emplois/municipal/188303/ville-de-nicolet/postes-techniques/centre-du-quebec/technicien-en-documentation.html
https://cbpq.qc.ca/communique/affichage-du-poste-de-technicien-ou-technicienne-en-documentation

 

Technicien ou Technicienne en documentation Ville d’Oka
https://rimq.qc.ca/offre/emplois/municipal/189189/municipalite-d-oka/postes-techniques/laurentides/technicien-ne-en-documentation.html
https://cbpq.qc.ca/communique/affichage-du-poste-de-technicienne-en-documentation

 

Les membres du conseil d’administration de l’APTDQ ont échangé de nombreux courriels en quelques jours afin de décider de la marche à suivre. Certains étaient pour réagir à la lettre de la CBPQ et d’autres contre. Voici certains arguments que nous avions :

Pour Contre
  • La Ville veut un technicien
  • Un technicien est qualifié pour remplir ces fonctions

 

 

  • La CBPQ a le droit de faire connaître son avis
  • La décision revient à l’employeur
  • Aucun message ne nous est adressé
  • Aucun préjudice n’est porté à la profession

 

En lisant les lignes directrices de la CBPQ, 2 phrases nous ont semblé porter préjudice à notre profession. C’est pourquoi nous avons rédigé une lettre à l’intention de M. Guy Gosselin, président de la CBPQ.

La lettre a été envoyée par courriel le 12 avril dernier. Le jour même, la CBPQ a répondu à notre lettre. Elle mentionne précisément que la «[CBPQ] voulait, par cette prise de position, défendre la profession de bibliothécaire. En aucun cas, la Corporation ne souhaitait porter atteinte à [n]otre profession».

Au moment d’écrire ces lignes, un mois plutôt chargé nous a empêchés de vous tenir informés des développements dans ce dossier. Les membres du conseil d’administration se sont depuis réunis et en ont longuement discuté. Le conseil d’administration a décidé :

  • que la CBPQ est dans ses droits de faire connaître son avis;
  • que la décision revient à l’employeur de prendre en compte ou non l’avis de la CBPQ;
  • qu’aucun préjudice n’est porté contre notre profession par la CBPQ.

Compte tenu de ces éléments et que la CBPQ envoie la même lettre à tous les employeurs visés par leur prise de position, l’APTDQ ne compte pas réagir aux autres lettres envoyées par la CBPQ ni aux autres lettres semblables qui pourraient être envoyées.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *