Info-documentation septembre 2020 + De la Bibliothèque Saint-Sulpice à Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Notre numéro trimestriel de l’Info-documentation septembre 2020 est sorti! Nous vous donnons l’occasion de lire l’article : « De la Bibliothèque Saint-Sulpice à Bibliothèque et Archives nationales du Québec »

Bonne lecture!

Extrait-1-Septembre-2020.pdf version PDF

De la Bibliothèque Saint-Sulpice à Bibliothèque et Archives nationales du Québec
PAR Serge Bertin

Un parcours fascinant !

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) fêtait cette année à la fois le centenaire des Archives nationales du Québec et le 15e anniversaire de la Grande Bibliothèque. Ces deux événements ont été soulignés dans l’Info-documentation par deux articles, soit celui de Jérémie Gagnon dans le numéro de mars dernier pour le premier anniversaire et celui de Véronique Cayouette dans le numéro de juin dernier pour le second.

 

J’ai donc pensé qu’il serait approprié d’entreprendre, dans un troisième article, un survol de cette institution, des origines de la Bibliothèque Saint-Sulpice jusqu’à ce qu’elle est devenue aujourd’hui. C’est dès le début du XXe siècle que la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice envisage la création d’une bibliothèque publique de recherche à Montréal. La congrégation entreprend et finance ce projet en embauchant, en 1912, Aegidius Fauteux, alors rédacteur en chef de La Presse, pour diriger cette future bibliothèque. Pendant que le nouveau directeur voyage au Canada, aux États-Unis et en Europe pour acquérir une collection d’ouvrages conséquente, la construction du nouvel immeuble s’amorce et les travaux s’échelonnent de 1912 à 1914. Cet édifice, particulièrement remarquable, se démarque notamment par ses rayonnages, les plus modernes à l’époque, ses magnifiques vitraux et son étonnant mobilier en chêne. Inaugurée en 1915, la Bibliothèque Saint-Sulpice est alors située au 1700, rue Saint-Denis, à Montréal, et devient l’une des premières bibliothèques publiques de la métropole. Ses collections constituent le premier fonds documentaire de la Bibliothèque nationale du Québec instituée en 1967.

 

Bibliothèque Saint-Sulpice
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec

En 1988, l’édifice de la Bibliothèque Saint-Sulpice est classé monument historique. Puis, on confie à BAnQ le mandat de faire vivre l’édifice qui doit devenir une bibliothèque destinée aux adolescents et un carrefour d’innovation et de création axé sur les nouvelles technologies. Cependant, un article de La Presse du 2 décembre 2019 nous apprend que le projet sera retardé d’au moins trois ans, dû notamment à des problèmes financiers. Rappelons que l’édifice est fermé depuis plus de 15 ans[1] et [2]. Un autre article de La Presse du 16 février dernier rend compte des diverses difficultés à trouver une nouvelle vocation à ce bâtiment[3]

 

En 1967, le gouvernement du Québec adopte une loi qui crée la Bibliothèque nationale du Québec (BNQ) et institue en 1968 le dépôt légal en deux exemplaires de tout document publié au Québec. L’année suivante commence la parution mensuelle de la Bibliographie du Québec qui décrit les documents reçus en dépôt légal. Et c’est en 1980 que paraît le premier tome de la Bibliographie du Québec 1821-1967 ; la publication comprendra en tout 26 tomes. En 1989, le gouvernement du Québec modifie la Loi sur la Bibliothèque nationale du Québec pour faire de l’institution une société d’État autonome.

 

En 1992, le gouvernement du Québec élargit, par voie de règlement, le dépôt légal à plusieurs nouveaux documents, notamment les affiches, cartes postales, enregistrements sonores, logiciels, documents électroniques et microéditions.

 

En 1994 le catalogue Iris, permettant un accès en ligne gratuit à toutes les collections de la BNQ, est rendu accessible au public. En 1997, on inaugure le nouveau siège social, et le Centre de conservation a son adresse sur la rue Holt, à Montréal. L’année suivante, soit en 1998, le site du Palais du Commerce est choisi pour la construction de la Grande Bibliothèque du Québec (GBQ) et Mme Lise Bissonnette en devient la première présidente-directrice générale.

 

Par ailleurs, le protocole sur le transfert des collections de diffusion entre la BNQ et la GBQ est signé et une entente-cadre de négociation entre la Ville de Montréal, la GBQ et le ministère de la Culture et des Communications est ratifiée. L’année suivante, le gouvernement du Québec adopte une nouvelle loi qui fusionne la GBQ et la BNQ. Finalement, en 2004, le gouvernement du Québec adopte, en décembre, le projet de loi no 69 modifiant la Loi sur la Bibliothèque nationale du Québec, la Loi sur les archives et d’autres dispositions législatives. Cette nouvelle loi planifie la création d’une autre institution, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), vouée à l’acquisition, à la conservation et à la diffusion du patrimoine documentaire publié, archivistique et filmique[4]. On peut aussi souligner en 2011 la création de la plateforme PRÊTNUMÉRIQUE.CA, en collaboration avec les bibliothèques municipales du Québec.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec
© Wikipédia

 

Finalement, on me permettra de conclure cet article sur une note toute personnelle. J’ai travaillé à la BNQ entre 1975 et 1991, au service des acquisitions, où j’ai pu notamment acquérir et inventorier une grande partie des documents québécois publiés entre 1821 et 1967. Je garde un excellent souvenir de cette période et une certaine fierté d’avoir, à ma modeste mesure, pu contribuer au mandat de cette institution nationale dont tous les citoyens québécois peuvent être fiers.

 

[1] [www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/2019-12-02/bibliotheque-saint-sulpice-nouveau-delai-de-trois-ans-avant-la-reouverture].

[2] Pour plus d’informations sur le sujet, on peut consulter cette page du site de BAnQ : [www.banq.qc.ca/services/saviez_vous/reponse.html?id=921&cat=2].

[3] [www.lapresse.ca/actualites/2020-02-16/joyau-urbain-cherche-desesperement-nouvelle-vie].

[4] Cette partie de l’article s’inspire directement de la page de l’historique de BAnQ, on pourra y retrouver beaucoup plus d’informations qui ne figurent pas dans cet article ici : [www.banq.qc.ca/a_propos_banq/historique].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *