Info-Documentation Juin 2018 + Conférence 2

Notre numéro trimestriel de l’Info-documentation  Juin 2018 vient tout juste de sortir! Nous vous donnons l’occasion de lire les actes du Congrès 2018.  Tout au long de l’été, des parties des actes seront publiées.

Bonne lecture!

Actes du Congrès 2018

 

Conférence 2
La censure en milieu scolaire et la création du Prix Espiègle
Marjolaine Séguin
Bibliothécaire scolaire et co-fondatrice du Prix Espiègle de l’Association pour la promotion des services documentaires scolaires (APSDS)
Résumé Par Barbara Lamontagne

 

 

Qu’est-ce que la censure?

La censure est l’examen d’une autorité décidant de ce qui peut être publié et diffusé (livres, journaux, films…), c’est l’action de condamner quelque chose.

À quoi ressemble le milieu scolaire?

Mme Marjolaine Séguin, bibliothécaire scolaire et cofondatrice du Prix Espiègle, nous a présenté son milieu de travail lors de sa conférence.

 

 

Mme Marjolaine Séguin, présentée par Mme Huguette Nolin

Tout d’abord, le milieu scolaire représente une clientèle d’enfants de 4 à 17 ans, pouvant être issus de l’adaptation scolaire, de la francisation, de l’éducation aux adultes, et qui peuvent provenir de milieux favorisés ou défavorisés, de milieux urbains ou ruraux.

 

Les rôles et mandats des bibliothécaires scolaires sont d’informer, de conseiller, de collaborer et de former. Ils devront toujours démontrer leur expertise, connaître les livres et rester informés afin d’être crédibles. Ils développeront leur collection de façon à donner le goût aux étudiants de lire, d’aimer la bibliothèque, et ce, tout en contribuant à la formation de chaque élève et à l’enrichissement de la pédagogie, tout cela en respectant des budgets précis.

 

Les bénévoles et les enseignants sont également impliqués dans le développement de la collection. Les bénévoles préfèrent acheter les livres populaires, de qualité moyenne, qui répondent aux désirs de leurs grands lecteurs. Les enseignants privilégieront les livres en lien avec le programme, avec leur cours. Ils ne connaissent pas toujours les collections jeunesse.

 

Le bibliothécaire, de son côté, propose des achats de livres de qualité (texte, reliure, etc.), en lien avec le programme d’étude. Il comble les séries non complètes, propose un plan triennal et effectue le suivi des factures.

 

 

Comment s’applique la censure dans le milieu scolaire?

L’école est, à la base, porteuse de valeurs collectives. La bibliothèque scolaire, en tant qu’institution, se doit :

  • d’être un lieu neutre, sans parti pris avec une variété de points de vue ;
  • d’avoir des valeurs collectives et définies par la Charte des droits ;
  • de voir au développement de l’élève en cohérence avec le programme de formation de l’école québécoise (instruire, socialiser, qualifier) ;
  • de développer l’autonomie et le jugement critique ;
  • d’être objective lors de l’achat.

 

En littérature jeunesse, tous les sujets peuvent être abordés pourvu que le traitement soit respectueux, sans vulgarité et qu’il veille au développement psychologique de l’enfant.

En milieu scolaire, tous les livres concernant la sexualité sont censurés. La censure provient :

  • des parents, puisqu’ils sont proches des apprentissages de leurs enfants ;
  • des bénévoles qui ont des préjugés ;
  • du personnel scolaire ;
  • des bibliothécaires et des techniciens en documentation qui se questionneront sur le titre et le contenu du livre en rapport avec leur clientèle.

 

Toutefois, certains cas particuliers ne sont pas reconnus comme de la censure, quand :

  • il y a un avis de l’Agence de la santé publique (par exemple, un livre explicite sur le suicide) ;
  • il y a un procès ;
  • le livre est non recommandé (qualité, sujet, ésotérisme, vulgarité, etc.) ;
  • le personnage principal évolue rapidement au cours d’une série et que celui-ci ne suit pas le rythme du lecteur (primaire par rapport à secondaire).

 

Voici quelques exemples de cas particuliers

Treize raisons de Jay Asher, Le blogue de Namasté de Maxime Roussy, Fille vendre de Diana Bélice (collection Tabou).

Toutefois, certains livres ayant un sujet très intéressant et demandant un accompagnement lors de la lecture ne seront pas censurés. Ils seront alors placés dans une section spéciale pour les enseignants.

 

Il est aussi à noter que certains livres seront censurés dans les milieux scolaires, mais accessibles dans les milieux municipaux, puisque la mission est différente.

 

Le Prix Espiègle

Le Prix Espiègle met en vedette des livres audacieux, malicieux, qui osent et qui sont d’une grande qualité littéraire. Des livres dont le sujet dérange, déstabilise et suscite parfois un malaise chez certaines personnes qui aimeraient que ces situations n’existent pas.

Les objectifs de ce prix sont :

  • de faire valoir l’audace d’un livre jeunesse au service de la mission pédagogique de la bibliothèque scolaire ;
  • de souligner la qualité d’un livre qui est susceptible de faire réagir de multiples façons ;
  • de promouvoir des livres exposant les élèves à des valeurs plurielles enrichissant leur vision du monde.

 

Le Prix Espiègle remet deux prix, soit :

  • un livre destiné au primaire, 5 à 11 ans ;
  • un livre destiné au secondaire, 12 à 17 ans.

 

Voici les gagnants du Prix Espiègle 2018 :

  • Bibliothèques scolaires du primaire (5 à 11 ans) : Pow pow t’es mort! de Marie-Francine Hébert et Jean-Luc Trudel ;
  • Bibliothèques scolaires du secondaire (12 à 17 ans) : Pourquoi les filles ont mal au ventre? de Lucile de Pesloüan.

 

Brève présentation de la conférencière

Marjolaine Séguin est bibliothécaire scolaire pour les niveaux préscolaire et primaire depuis 2011. Avec ses collègues Julie Hermann, Lyne Rajotte et Anne-Marie Roy, en partenariat avec l’Association pour la promotion des services documentaires scolaires, elle a créé un prix littéraire jeunesse, le Prix Espiègle.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *