Chronique thématique 7

Voici la nouvelle chronique thématique de Serge Bertin du mois d’octobre, qui traite de la fermeture de la bibliothèque de l’Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli. Les chroniques thématiques précédentes sont archivées dans l’Espace membre. Vous les découvrirez en suivant ce lien. Bonne lecture!

Bibliothèque de l’Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli

par Serge Bertin

Je souhaite à nouveau la plus cordiale des bienvenues à tous mes collègues techniciennes et techniciens en documentation. C’est avec grand plaisir que je vous présente ma septième chronique thématique qui porte cette fois sur la Bibliothèque de l’Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli. Tous mes fidèles lecteurs ne sont pas sans avoir entendu parler de cette affaire que nous avions d’ailleurs déjà traitée dans notre deuxième chronique thématique, sans oublier bien sûr tous les éléments sur le même sujet que j’ai intégrés dans ma chronique de « L’Actualité documentaire au Québec » qui paraît dans l’Info-documentation depuis près de deux ans. Le gouvernement fédéral annonçait officiellement le 17 octobre dernier la fermeture de cette bibliothèque. Il m’est apparu pertinent de revenir sur cette affaire, car elle me semble très représentative du manque d’intérêt du monde de la documentation de la part des autorités publiques de manière générale et, disons-le carrément, du mépris affiché par le gouvernement conservateur quant à tout ce qui touche le monde scientifique.

Toute cette affaire commence fin 2012, quand le gouvernement fédéral annonce son intention de fermer la bibliothèque de l’Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli. Rappelons que cet Institut est un centre de recherche spécialisé en sciences de la mer. La bibliothèque renferme une collection francophone unique dans le domaine.

Bien sûr, cette annonce de fermeture provoqua une forte réaction du milieu documentaire, en premier lieu par l’entremise d’une lettre ouverte parue dans Le Devoir le 28 novembre 2012 de la part d’un groupe de bibliothécaires et de techniciens en documentation du Bas-Saint-Laurent, dénonçant fortement ce projet de fermeture.

Un article de Radio-Canada fait le point sur la situation à cette même date, titré « Bas-Saint-Laurent : pour la sauvegarde de la bibliothèque de l’IML ».

D’autres appuis se sont manifestés, dont celui du gouvernement du Québec, dont voici le communiqué.

Notons également le soutien de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec par l’entremise d’une lettre adressée à la ministre de Pêches et Océans Canada.

En mars 2013, le député de la Haute-Gaspésie–La Mitis–Matane–Matapédia, Jean-Francois Fortin, dépose au Parlement fédéral une pétition de 3 500 signatures pour le maintien de cette bibliothèque, ce qui est relaté dans un article de Radio-Canada : « La bibliothèque de l’IML pourrait fermer d’ici un mois ».

Puis, en juin 2013, Radio-Canada nous apprend, avec photos et vidéo à l’appui, que des livres de la bibliothèque ont été tout simplement jetés dans un conteneur! L’article est titré « Bibliothèque de l’IML : des livres retrouvés dans un conteneur.

Un groupe de personnes ayant déposé une plainte au Commissaire aux langues officielles, celui-ci a rendu un rapport préliminaire le 10 octobre 2013 dans lequel il demandait au gouvernement conservateur de reconsidérer sa décision de fermer la bibliothèque de l’Institut Maurice-Lamontagne. Radio-Canada en a fait état dans un article paru le même jour : « Fermeture de la bibliothèque de l’IML : le commissaire Fraser demande à Ottawa de revenir sur sa décision ».

Un article de La Presse ajoute plus d’informations sur la recommandation du Commissaire aux langues officielles : « Fermeture de la bibliothèque maritime de Mont-Joli : les plaintes sont fondées ».

Au début de janvier 2014, Radio-Canada annonce qu’il y a peut-être un espoir que le gouvernement fédéral garde ouverte la bibliothèque de l’Institut : « Lueur d’espoir pour la bibliothèque de l’Institut Maurice-Lamontagne ».

Puis, le député fédéral de la Haute-Gaspésie–La Mitis–Matane–Matapédia , Jean-François Fortin, revient à la charge au parlement fédéral en septembre dernier quant à l’avenir de la bibliothèque de l’Institut Maurice-Lamontagne, sans obtenir de réponse satisfaisante de la ministre de Pêches et Océans Canada : « Le député Fortin questionne la ministre Shea ».

Finalement, c’est le 17 octobre dernier que le gouvernement conservateur décidait de fermer la bibliothèque de l’Institut avec l’envoi d’un simple mémo interne aux deux employés concernés! D’après le gouvernement, cette bibliothèque était peu fréquentée et de plus une grande partie de ses documents ont été numérisés… L’article du journal Le Soleil rend compte de cette décision : « La bibliothèque de l’Institut Maurice-Lamontagne met la clé sous la porte ».

Et celui de Radio-Canada également : « La seule bibliothèque francophone de Pêches et Océans Canada ferme ses portes ».

On peut en outre lire un article du Journal de Montréal sur le sujet : « La fermeture de l’Institut Maurice-Lamontagne dénoncée par l’opposition ».

On peut par ailleurs signaler la réaction par voie de communiqué de l’Alliance de la fonction publique du Canada.

Après ce bref survol de l’affaire, que dire de l’attitude du gouvernement conservateur dans ce dossier? Il lui aura fallu près de deux ans pour prendre une décision après tout relativement simple et plus d’un an pour étudier le rapport du Commissaire au bilinguisme dans ce dossier! Cela démontre à l’évidence, comme je le signalais en introduction, le complet désintéressement de ce gouvernement pour tout ce qui touche au monde documentaire et à la culture par extension de manière générale. Mais plus grave encore, sa plus complète indifférence vis-à-vis de la culture scientifique et francophone de surcroît.

Mais sur un plan plus général, toute cette affaire et sa triste conclusion démontrent à l’évidence, une fois de plus, tout le chemin qu’il reste à parcourir aux personnes œuvrant dans le monde documentaire pour défendre et faire valoir efficacement auprès des décideurs toute l’importance culturelle et économique des bibliothèques et centres de documentation dans ce pays. Bref, encore beaucoup de pain sur la planche en perspective…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *